Bourbon Pointu

Peuplement et développement de l’île

Pour cultiver le caféier il fallait des bras, or le peuplement de l’île est peu conséquent. Avant l’introduction du café l’île est principalement peuplée d’aventuriers. Aussi pour développer la culture du caféier, la compagnie Malouine dès 1722 fera une propagande bien menée en France, sur les perspectives de faire la culture du café en grand dans l’île Bourbon. La mode s’établit alors pour les cadets de familles bourgeoises et même aristocratiques d’aller à Bourbon, pour faire fortune avec le café d’autant que la compagnie attribue des concessions et fournit des Noirs à crédit.

Ainsi c’est la course vers Mascarin pour y développer le caféier et grâce au café l’île va se peupler et progressivement être mise en valeur.

Entre temps par un glissement des colons le long de la côte, de St Paul à St Denis, toutes les basses pentes utilisables ont été occupées et mises en valeur. Dès 1719, l’obligation de caser les nouveaux venus et l’ordre du conseil provincial de trouver des terres à café décide les Gouverneurs à ouvrir les portes du sud. Des concessions seront accordées à ceux qui en demanderont. Et les esclaves sont donnés de préférence non pas à ceux qui les payeront en argent comptant, mais en café.

Une ruée vers le sud se fait de 1719 à 1728, les colons étaient sûrs, moyennant un gros travail de défrichement accompli par les esclaves, de faire rapidement fortune avec la vente du café. Une pluie de concessions s’abat sur l’île. Des forêts tombent sous la hache, des propriétés se créent, des caféiers par milliers gravissent les pentes. Le mouvement des concessions s’accélère à partir de 1725. En 1727, il y en a plus de cent et le sud est rapidement colonisé.

C’est de Ste Suzanne que partit le mouvement des pionniers dans la région au vent. En 1734, tout le territoire entre la rivière du Mât et la Rivière des Roches est concédé à la veuve Lebeau, à condition qu’elle y cultive le café. C’est ainsi qu’en 1734 un nouveau quartier s’est formé au sud de la Rivière du Mat : St Benoît. Puis en 1740, une église est construite à mi-chemin des deux rivières du Mât et St jean, c’est la quartier de St André.

Ainsi vers 1740, une fois la ruée vers les terres à café ralentie, toutes les zones côtières sont peuplées et mises en valeur de Ste Anne à St Denis et de la Possession à la rivière des remparts (st Joseph).

Mais les arrivées croissantes de colons depuis 1723 avaient provoqué une diminution progressive des superficies concédées. Les derniers venus et les fils cadets des colons, n’obtenaient plus que des parcelles insuffisantes pour tenir le rang "d’habitants" aisés. Ainsi débute un mouvement vers la prolétarisation qui donnera les "Petits Blancs".

Nous avons vu que la compagnie de St Malo, qui avait obtenu en 1722 le monopole d’importation du café dans le royaume, fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre en valeur l’île et développer cette culture. Mais en 1925 la compagnie présentait un déficit de 1 200 000 livres au compte de l’île bourbon, car les exportations de café ne sont que de 3 400 livres (1 700 kg) en 1724. Outre la fourniture de concessions et d’esclaves, elle va aussi acheter le café à un excellent prix, dix sous la livre au lieu des six sous prévus, et accepter en 1722 de ne percevoir qu’un impôt du 1/10ème au lieu de celui du 1/5ème.

Après des débuts difficiles la culture du caféier va véritablement s’étendre de 1724 à 1742. Il faut soulever qu’en 1724, le conseil Supérieur déclarait "dès maintenant en séquestre toutes les concessions sur lesquelles au moins de mai prochain il ne se trouve pas au moins deux cent caféiers par tête de noirs travaillant".

Ainsi en 1734, le café était si prospère qu’il servait de monnaie courante dans le pays et que les 15/16ème des transactions se faisaient en monnaie café. Cependant nous constatons qu’au fur et à mesure qu’augmentait la production caféière, la compagnie diminuait les prix d’achat de la livre de café.

 


> Dans la même rubrique :

 

Mentions légales - Conception WEB : AC / BP
Coopérative Bourbon pointu - 7 chemin de l'IRAT - BP 180 - 97455 SAINT PIERRE
Tél: 0262.49.92.43 - Fax: 0262.49.92.95 - E-mail: cooperative@cafe-reunion.com